Arrière-plan Autriche

 

L'Autriche, située entre l'Europe de l'Est et de l'Ouest était déjà au temps Romains, un pays tampon entre l'Empire Romain et les peuples envahissants de l'Est. Plus tard, l'armée autrichienne a vaincu les troupes turques aux portes de Vienne et a ainsi évité l'islamisation de l'Europe de l'ouest. Durant la guerre froide et dans la deuxième partie du 20ème siècle, l'Autriche faisait également tampon entre l'Est et l'Ouest. Après la chute du rideau de fer, ce pays est devenu la porte vers l'Est et un lien important pour les nouveaux pays de l'Union Européenne, de l'Europe centrale et du Balkan.

L'Autriche d'aujourd'hui était jusqu'en 1918 le cœur de l'Empire Autriche-Hongrie. La défaite militaire à la fin de la 1ère guerre mondiale en octobre/novembre 1918, marquait également la fin de la monarchie Habsbourgeoise. Depuis, l'Autriche était – avec une interruption lors du mouvement socialiste – une démocratie à plusieurs partis.

Aujourd'hui, l'Autriche est un pays riche et fortement industrialisé, accorde une grande valeur à la culture et au paysage et est devenu une des destinations principales pour le tourisme. ¼ de la population se concentre sur la région de Vienne.

La foi chrétienne a marqué l'histoire de l'Autriche. Dès174 la présence de chrétiens est documentée. Au temps de la réformation, la majeure partie des habitants était protestante. La contre-réformation a apporté une vague de persécution suivie d'un retour au catholicisme. Un recensement en 2001 a montré que 71% des 8,3 millions d'habitants étaient catholiques et 4,5% protestants (Eglise Luthérienne et Eglise Réformée).

Le mouvement évangélique est petit et dispersé, malgré d'énormes efforts des missions étrangères. Sans ce soutien de l'étranger il est impensable que ce secteur puisse se développer. Dans un grand nombre d'églises, c'est encore la première génération qui s'engage. Dans certaines il y a déjà une deuxième, voir troisième génération au travail, ce qui favorise le transfert des responsabilités à des nationaux. L'évangile a trouvé un terrain favorable dans les universités. Beaucoup d'étudiants se sont tournés vers Jésus au cours des années passées et on les retrouve dans les groupes de responsables des églises évangéliques.

Pourtant, des missionnaires sont encore nécessaires afin de poursuivre le travail d'implantation d'églises évangéliques. Les églises locales sont souvent très petites et ne sont pas en mesure de soutenir leur pasteur ou missionnaire. Il manque également des jeunes autrichiens avec une bonne formation théologique.